Kyste de l’Ovaire

Le kyste de l’ovaire est une tumeur de l’ovaire le plus souvent bénigne mais pouvant rarement s’avérer être maligne surtout après la ménopause. La nature bénigne ou maligne du kyste ne peut être affirmée qu’après étude anatomopathologique de la pièce opératoire.

Définition

En aucun cas on ne peut affirmer un diagnostic de bénignité ou de malignité d’après des critères cliniques ou radiologiques. Mais afin de ne pas avoir à opérer tout kyste de l’ovaire il existe à la disposition du médecin tout un faisceau d’arguments cliniques et radiologiques en faveur de la bénignité avec une bonne valeur prédictive. Par exemple une kyste simple, purement liquidien, de la femme jeune, est une kyste le plus souvent fonctionnel et disparaissant spontanément ou après un traitement médical.

Les causes de kyste ovarien

Le kyste fonctionnel de l’ovaire est la cause la plus fréquente de kyste de la femme jeune. Il s’agit d’un follicule qui grossit de façon anormale. A l’échographie on retrouve un kyste liquidien pur, unique, à paroi fine. Le traitement consiste à bloquer l’ovaire par une pilule. Le kyste régresse en deux ou trois mois. Si ce n’est pas le cas alors une intervention chirurgicale peut-être indiquée.

Les kystes organiques sont tous les kystes qui ne sont pas fonctionnels. On distingue des formes bénignes (kyste séreux, dermoïde, mucoïde) et des formes malignes. De principe tout kyste organique nécessite une exérèse chirurgicale.

Il existe des kyste secondaires à certaines pathologies: les localisations ovariennes de l’endométriose, les kystes de l’ovaire induit par des traitements stimulant de l’ovulation en cas d’infertilité. Exceptionellement il peut s’agir d’une atteinte ovarienne par la tuberculose.

Enfin, il existe fréquemment au cours du premier trimestre de la grossesse un kyste de l’ovaire. Il s’agit du kyste du corps jaune qui produit la progestérone, hormone permettant le maintien de la grossesse. Il est donc important de ne pas essayer d’enlever ce kyste.

Diagnostic et symptômes

Dans sa forme habituelle, le kyste de l’ovaire est révélé par des douleurs pelviennes (du bas du ventre) souvent d’un seul coté, des troubles des règles, ou encore au cours d’un examen gynécologique systématique. L’examen clinique s’efforce de préciser sa taille, son caractère uni ou bilatéral, sa mobilité.

Traitement avec l’homéopathie

Voici quelques exemples de traitements homéopathiques, mais n’oubliez pas de consulter le plus rapidement possible votre médecin.

Si le kyste est au niveau de l’ovaire gauche

Xanthoxylum fraxineum 5CH, 7CH ou 9 CH cinq granules une à deux fois par jour

Kyste de l’ovaire droit

Palladium 5CH, 7CH ou 9 CH, cinq granules une à deux fois par jour

Si le kyste cause une forte douleur insupportable

Apis mellifica 9 CH, cinq granules à répéter toutes les heures jusqu’à amélioration.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>